08/02/2008

devil may cry 4

Attendu pour la fin de l'année au Japon, Devil May Cry aura profité du Tokyo Game Show 2007 pour une dernière représentation en public et quelle représentation ! En effet, le titre de Capcom était aussi bien jouable sur PS3 que sur Xbox 360, les deux versions étant similaires sur tous les plans. Deux niveaux étaient disponibles, le second étant en fait la deuxième partie du premier et du coup, nous avons eu le plaisir d'endosser la défroque de Nero durant une petite demi-heure.

Devil May Cry 4

Pour l'instant, et en prenant tout de même quelques pincettes, nous pouvons dire sans trop nous mouiller que Devil May Cry 4 devrait faire partie des meilleurs épisodes de la série. Un univers gothique renvoyant à celui du premier, un Nero oscillant entre le Dante de DMC 2 et DMC 3 et des combats qui s'annoncent encore plus percutants et prometteurs que ceux du dernier volet en date. Tout comme lors de notre dernière rencontre avec Devil May Cry 4, le point qui m'a semblé assez intéressant provient de ces décors qui peuvent radicalement changer de teinte ou d'ambiance rien qu'en poussant une porte. Pour illustrer mes propros, la démo présentée était le sujet parfait vu qu'elle débutait dans une ville d'inspiration européenne puis se poursuivait dans un petit parc donnant sur un port (là où se terminait la précédente démo jouable) pour ensuite se poursuivre sur un flanc de montagne noyée dans une tempête de neige. Enfin, après avoir passé d'immenses remparts, nous débouchions sur un petit avant-poste fait de vétustes maisons en bois qui devaient être complètement détruites par le fameux minotaure de feu déjà rencontré mais qu'on pouvait cette fois combattre.

Aperçu Devil May Cry 4 Playstation 3 - Screenshot 61Un combat qui est aussi jouissif qu'il en a l'air.

Si dans l'absolu, DMC 4 joue une fois encore la carte de l'action fun et décomplexée, les développeurs ont a priori compilé toutes les bonnes idées de leurs prédécesseurs pour un résultat s'adressant à un panel très large de joueurs. S'il nous est impossible de vous parler du scénario pour l'instant, on remarquera quand même qu'en plus de la rencontre de Nero et Dante, une multitude de protagonistes gravitent autour des deux frangins. Entre une belle soprano et des personnages masculins situés entre le militaire et l'aristocrate, on devrait pouvoir assister à une histoire, peut-être pas si shakespearienne que cela, mais supérieure à celle du deuxième et troisième opus qui avaient déçu sur ce point-là. Pour ce qui est du gameplay, par contre, il n'y a rien à dire. Les combats sont rapides, nerveux, en un mot comme en cent : vivants. Nero, qui était ici le seul héros jouable, avait d'ailleurs de quoi faire monter la pression dans les rangs ennemis. Ainsi, il était possible de récupérer un pouvoir, utilisable par le biais du Devil Bringer, nous permettant d'atteindre des endroits autrement inaccessibles. Bien suffisant pour nous faire traverser la ville décrite plus haut grâce à un système de marques lumineuses nous renseignant sur les endroits où Nero pouvait utiliser sa sorte de grappin énergétique avant de sauter d'immeuble en immeuble, le tout magnifié par des mouvements de caméra stylisés. En parlant de ça, notons quand même que si les soucis des précédents volets liés à des placements d'objectifs bizarroïdes sont partiellement réglés par une gestion manuelle de la caméra, il arrive un peu trop souvent encore qu'on soit obligé de recentrer l'objectif pour voir ce qui se passe.

Aperçu Devil May Cry 4 Playstation 3 - Screenshot 70Plutôt coriaces les bestiaux. La technique est ici de constamment esquiver puis d'utiliser le Devil Bringer de Nero.

Ceci dit, bien que cela m'ait parfois gêné durant certains affrontements, ça ne m'a pas empêché d'utiliser tous les mouvements mis à ma disposition pour occire tout type de démons, de l'ennemi de base au Frost bien hargneux (se découvrant dans un plan rappelant furieusement un de ceux de Devil May Cry premier du nom) sans parler du minotaure cité plus haut. D'ailleurs, au sujet de celui-ci, disons que si le bestiau était parfois un brin léthargique (en avançant peu et en ne frappant de sa gigantesque épée que lorsque Nero se trouvait dans son champ d'action), il n'en reste pas moins un adversaire de taille (dans tous les sens du terme). Toutefois, la technique pour l'abattre restait relativement simple vu qu'il s'agissait de le marteler de coups jusqu'à ce qu'il s'écroule puis de lui grimper dessus pour lui casser ses deux cornes. Une fois ceci fait, Nero pouvait alors se permettre d'utiliser une fois encore son Devil Bringer pour attraper à distance la tête de son adversaire et l'envoyer au sol par le biais d'un mouvement aérien très violent. Malheureusement, nous n'avons pas pu vérifier si les différents styles de combats de DMC 3 seront toujours bel et bien présents (a priori oui) mais d'ores et déjà, les différentes combinaisons de touches proposaient de foncer sur son adversaire toute épée dehors, de le catapulter dans les airs pour le matraquer au flingue avant de le terminer grâce à notre gant démoniaque, tout ceci dans une gerbe d'effets spéciaux. Alors oui, rien n'est gagné mais en l'état Devil May Cry 4 est un jeu au design raffiné, disposant d'un gameplay dans la droite lignée de celui de ses parents et de combats aussi impressionnants que jubilatoires. Dire que notre impatience grandit de jour en jour serait donc un euphémisme quand on parle du dernier né des DMC et ce aussi bien sur PS3 que Xbox 360.

En petit cadeau pour cette semaine ces ce jeux meme le test de la semaine

 


 

Aperçu Devil May Cry 4 Playstation 3 - Screenshot 84 Aperçu Devil May Cry 4 Playstation 3 - Screenshot 85 Aperçu Devil May Cry 4 Playstation 3 - Screenshot 89 Aperçu Devil May Cry 4 Playstation 3 - Screenshot 90

19:51 Écrit par pgm better game dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.